La langue des signes pour s’ouvrir au monde

Laurence Koehler a obtenu son Capes de langue des signes il y a deux ans, avec la deuxième note nationale. Photo F. J.

Laurence Koehler a obtenu son Capes de langue des signes il y a deux ans, avec la deuxième note nationale. Photo F. J.

Laurence Koehler est la seule professeure de langue des signes de l’académie. Elle intervient notamment au collège Bachelard et au lycée Montchapet de Dijon.

une classe où les enfants arrivent en avance, regrettent de devoir s’en aller, et réclament des devoirs supplémentaires. Si, ça existe ! Au collège Bachelard de Dijon, depuis l’année dernière, avec l’enseignement de langue des signes dispensé par Laurence Koehler, elle-même malentendante et seule professeure de langue des signes de l’académie de Dijon.

On ouvre à Montchapet

Cette année, elle devrait avoir de nouveau une petite dizaine d’enfants sourds, de tous niveaux, à Bachelard. Elle enseigne également au lycée Jules-Renard de Nevers où deux élèves sourds travaillent avec elle une option langue des signes qu’ils pourront présenter au baccalauréat. La nouveauté de cette année, c’est l’ouverture de la même option au lycée Montchapet de Dijon, avec cette fois, aussi, des élèves entendants.

Un développement qui ravit Laurence Koehler, Marseillaise de naissance, Bourguignonne d’adoption, professeure par vocation, militante par passion : « Ma famille compte de nombreux enseignants. C’est un milieu dans lequel j’ai toujours baigné et qui m’a toujours passionné. J’ai commencé par enseigner la langue des signes en tant qu’éducatrice spécialisé au Clos Chauveau, à Dijon. J’avais déjà l’envie d’aller plus loin, mais à l’époque, le Capes de langue des signes n’existait pas. En 2005, j’ai obtenu une licence professionnelle à l’université Paris 8. En 2010, dès son ouverture, j’ai tenté d’obtenir le Capes de langue des signes. Mais j’ai échoué d’un demi-point. L’année suivante, j’ai travaillé d’arrache-pied et j’ai obtenu la deuxième note nationale. » Depuis, elle répond à l’enthousiasme de ses élèves par le sien, entier mais vigilant : « La plupart de mes élèves travaillent avec moi leur langue naturelle. Ils sont impatients mais je dois aussi m’adapter à chacun d’entre eux. »

Après l’école

Laurence Koehler est aussi présidente de l’association “Ecoute mes mains” dédiée à la promotion de la langue des signes, pour des enfants en bas âge, dans le monde de l’entreprise…

Le 29 septembre, à l’occasion de la journée mondiale des sourds, “Ecoute mes mains” organisera d’ailleurs une journée récréative à la salle Camille-Claudel de Dijon. Pour toutes les générations. Pour ne laisser personne dans la bulle du silence.

SOURCE : http://www.bienpublic.com/cote-d-or/2012/09/05/la-langue-des-signes...

Vues : 158

Commenter

Vous devez être membre de Francosourd pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Francosourd

CLIPS

DERNIÈRES OFFRES D’EMPLOIS
SUR SOURDEF.NET


ICI Radio- Canada - Les nouvelles en LSQ

DERNIERS STAGES OU FORMATIONS SUR SOURDEF.NET


Alphabet LSQ

À propos

Francosourd a créé ce réseau Ning.

© 2024   Créé par Francosourd.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation