Un pharmacien conçoit un outil de triage web gratuit (COVID 19)

Un outil en ligne de détection du risque d'infection conçu par un pharmacien québécois afin de désengorger les lignes téléphoniques consacrées à la COVID-19 gagne en popularité auprès de professionnels de la santé. Plus de 200 000 personnes l’avaient consulté en date de jeudi. 

Accessible en ligne gratuitement à l’adresse covid19.empego.ca, l’outil a été accueilli par la Fédération des pharmaciens du Québec, qui en a diffusé le lien sur les réseaux sociaux. La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec l’a aussi ajouté mercredi aux outils cliniques qu’elle suggère à ses membres sur son site internet. 

Le ministère de la Santé et des Services sociaux dit avoir parlé avec le développeur, le pharmacien Philippe Chartrand, mais refuse d’en dire davantage sur la teneur des discussions. 

« C’est un outil que j’ai pris le risque de développer à mes propres frais. On a tous une responsabilité civique face à cette crise. Je me suis dit que j’allais faire ce que je pouvais pour aider », dit M. Chartrand.

Son entreprise, Empego, offre déjà des systèmes de « prétriage » semblables dans les pharmacies pour aider les pharmaciens à prendre des décisions cliniques plus rapidement lors de consultations. 

L’application est essentiellement un questionnaire interactif basé sur un système de pointage. « Le fait d’avoir fait un voyage au cours des derniers jours donne plus de points que d’avoir un mal de gorge », illustre M. Chartrand. Il dit s’être basé sur l’avis de collègues pharmaciens et médecins pour créer un algorithme qui évalue le niveau de risque d’infection de chaque utilisateur en fonction des réponses.

Le résultat qui s’affiche à la fin n’est pas un diagnostic. Il indique plutôt aux utilisateurs quels sont les risques qu’ils soient infectés, suggère différentes actions à entreprendre en fonction du pointage. 

Le Dr Marco Bergevin, infectiologue à l’hôpital de la Cité-de-la-Santé, dit avoir recommandé à M. Chartrand quelques modifications pour peaufiner l’algorithme. 

« C’est un outil innovant qui est utile dans les circonstances, dans la mesure où les gens ont de la difficulté à joindre les lignes gouvernementales. »

— Le Dr Marco Bergevin, infectiologue

« Mais il faut aussi faire attention. Ça pourrait donner une fausse assurance aux gens parce que le calcul se fait en tenant compte de symptômes, alors qu’on sait qu’environ 20 % des gens atteints de la COVID-19 sont asymptomatiques », précise-t-il.

Le système de pointage de l’outil n’a par ailleurs pas été validé « en le corrélant à une cohorte de vrais patients », souligne le Dr Bergevin. 

« C’est un outil qui est rassurant pour monsieur et madame Tout-le-Monde », croit de son côté la directrice générale de la Fédération des pharmaciens du Québec, Thina Nguyen. 

«Ce sont souvent les mêmes questions qui reviennent de la part des personnes qui sont inquiètes, et c’est ce qui fait que les lignes téléphoniques débordent. Cet outil donne rapidement des réponses et dirige les gens au bon endroit, avec une information précise », indique Mme Nguyen. 

Son créateur affirme qu’aucune donnée personnelle n’est récoltée par l’application. « On n’enregistre même pas l’adresse IP de l’utilisateur. Certaines personnes m’ont dit que j’étais fou de ne pas récolter ces données, mais on le fait pour aider le système de soins de santé, pas pour faire de l’argent », dit M. Chartrand. 

Prêt avant l’outil de Google

Vendredi dernier, le président Donald Trump avait annoncé qu’une filiale de Google, Verily Life Sciences, avait fait « d’incroyables progrès » pour mettre au point un outil semblable – appelé Project Baseline – grâce à la participation de 1700 ingénieurs informatiques. 

L’application a été déployée de façon très limitée lundi et son utilisation est pour l’instant réservée aux résidants de la région de la baie de San Francisco. Dès qu’une personne indique faire de la fièvre ou avoir de la toux, le logiciel recommande aux utilisateurs de contacter le centre de service médical de leur région pour prendre rendez-vous. 

« L’outil est encore à un stade précoce et développement et nous espérons étendre son utilisation plus largement », a indiqué Google dans un communiqué. 

Source : Lapresse

Voir aussi :

 COVID-19 - ADOO FERMÉ

- Coronavirus (COVID - 19) (Informations générales)

- Scénario social COVID-19 (Pour enfants)

Vues : 20

Commenter

Vous devez être membre de Espace Francosourd pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Espace Francosourd

À propos

Francosourd a créé ce réseau Ning.
DERNIÈRES OFFRES D’EMPLOIS
SUR SOURDEF.NET

Photos

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

Alphabet LSQ

© 2020   Créé par Francosourd.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation