Musique : elle crée des instruments pour les sourds - Positivr

À 25 ans, Cassandra Felgueiras a mis au point un violon, un violoncelle et une basse à destination des personnes sourdes.

Comment transmettre le goût de la musique à des personnes sourdes et malentendantes ? C’est la question que s’est posée Cassandra Felgueiras, jeune diplômée des Beaux-Arts de Toulon. Pour y parvenir, elle a mis au point trois instruments de musique adaptés à ce handicap. Présentation.


Il y a deux façons d’appréhender la musique : de façon « aérienne » grâce au son, ou de façon « solide » par le biais des vibrations. C’est cette dernière méthode que Cassandra Felgueiras a utilisée pour imaginer ses instruments et créer une « musique tactile ».

« Je n’étais pas en rapport avec des personnes sourdes, avant de mettre au point ces instruments », explique la jeune femme dont la vie est très largement rythmée par la musique et l’art. C’est en s’interrogeant sur l’essence même du son, dans le cadre de son diplôme national supérieur d’expression plastique, que lui est apparue cette évidence : avec un design approprié, les instruments peuvent transmettre les vibrations et ainsi faire naître un rapport concret à la musique, palpable par tous.

« La caractéristique de ces instruments, c’est de prendre le corps comme caisse de résonance. Le corps vient compléter l’instrument en devenant le récepteur des vibrations », précise-t-elle au micro de France Inter. « Une fois que la structure entoure le corps et qu’on fait vibrer les cordes, elle se met à vibrer et comme elle est en contact avec les os du corps, il y a une conduction qui se fait et les fréquences se propagent à l’intérieur du corps. Il y a ainsi une perception tactile du son, en plus de celle aérienne par l’oreille. »

Pour l’heure, la jeune femme originaire de La Ciotat a mis au point un violon, un violoncelle et une basse. Le premier possède « une armature qui permet de le poser sur la tête, il se joue avec un archet ou à cordes pincées, le visage, l’ossature osseuse du crâne sert de conducteur aux vibrations », explique-t-elle à La Marseillaise. Le « body cello » et la « body basse » s’appuient sur le buste et le ventre, diffusant ainsi les vibrations à travers la cage thoracique, le dos et les épaules.

Il ne s’agit à ce stade que de prototypes mais la bourse de 7 600 euros remportée par l’inventrice, lauréate prix « Déclic jeune » de la Fondation de France, devrait lui permettre de les perfectionner.

Une invention qui devrait en faire vibrer plus d’un !

Source : Positvr
Voir aussi : 

Vues : 14

Commenter

Vous devez être membre de Espace Francosourd pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Espace Francosourd

À propos

Francosourd a créé ce réseau Ning.
DERNIÈRES OFFRES D’EMPLOIS
SUR SOURDEF.NET

Photos

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

Alphabet LSQ

© 2019   Créé par Francosourd.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation